Après avoir créé la polémique, le jeu de société «Antifa» retiré de la vente par la Fnac

Après avoir créé la polémique, le jeu de société «Antifa» retiré de la vente par la Fnac© Thomas COEX
L'entrée de la Fnac des Champs-Elysées, en décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

A la suite de protestations du syndicat de commissaires de la police nationale et de plusieurs élus du RN sur le contenu de ce jeu valorisant, selon eux, l'action violente, l'enseigne a décidé de retirer le produit de ses rayons.

Il n'y aura pas d'«Antifa» sous le sapin, du moins pas via la Fnac. Comme le rapporte entre autres La Dépêche du Midi, le jeu de société «Antifa, le jeu» n'est plus en vente sur le site de l'enseigne en raison d'une vive polémique. Réédité et disponible à nouveau depuis le 10 novembre dernier après son succès initial, le jeu, créé par le site antifasciste «La Horde» et les éditions Libertalia et décrit comme un «jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local», s'est en effet attiré les foudres de syndicats policiers et d'élus du Rassemblement national (RN).

Parmi les scénarios auxquels les joueurs peuvent être confrontés figurent ainsi «Des fachos déclenchent une bagarre dans un bar», «Un collectif de migrants a besoin d'aide» ou encore «Une salle de prière musulmane a été dégradée». Les joueurs doivent alors décider de la meilleure méthode à adopter pour réagir : concert de soutien, tractage ou encore «action offensive».

Le 27 novembre, le syndicat de commissaires de la police nationale (SCPN) a alerté sur le contenu du jeu. «Fnac, un commentaire pour ainsi mettre en avant les antifas qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations?», a ainsi interpellé l'organisation syndicale.

Le député RN Grégoire de Fournas s'était insurgé contre la valorisation de l'action violente faite à travers ce jeu de société. «Case 1 : "Je bloque une fac" ; Case 2 : "Je tabasse un militant de droite" ; Case 3 : "J'attaque un meeting du RN" ; Case 4 : "Je lance un cocktail Molotov sur les CRS'"», avait relevé l'élu de la Gironde. «La Fnac, vous n'avez pas honte ?», avait-il lancé à l'enseigne de produits culturels.

De la même manière, le député RN du Nord Victor Catteau avait jugé «absolument scandaleux» le fait de «mettre à l’honneur les antifa, ces groupuscules haineux qui ne connaissent que la violence pour s’attaquer à notre démocratie et à ce que nous avons de plus cher dans notre pays».

Face à la polémique, l'entreprise a annoncé dans la soirée du 27 novembre, sur Twitter, qu'elle allait «faire le nécessaire» pour que le produit ne soit plus disponible, en expliquant comprendre «que la commercialisation de ce "jeu" ait pu heurter certains de nos publics».

Les créateurs du jeu dénoncent «des allégations mensongères de l'extrême-droite»

Si le retrait du jeu a été salué par Grégoire de Fournas, il a en revanche suscité l’incompréhension et la colère de certaines organisations de gauche, à l’image du collectif Action Antifasciste Paris-Banlieue qui a dénoncé une «censure». «Vous vendez ce "livre" qui a inspiré Brenton Tarrant à commettre une tuerie de masse raciste en Nouvelle-Zélande, allez-vous aussi le censurer ?», a-t-il réagi en faisant référence au Grand remplacement de Renaud Camus et en ironisant sur l'emploi de guillemets par la Fnac au sujet du jeu controversé.

«Vous ne nous ferez pas taire !», ont proclamé pour leur part les éditions Libertalia en fustigeant la décision de la Fnac, prise selon elles sur la base «d'allégations mensongères émanant de l'extrême droite puis des forces de répression».

Plusieurs personnalités politiques de gauche ont également pris position dans cette polémique, dont le député insoumis Thomas Portes. «Quelle honte», a-t-il déploré en reprochant à la Fnac d'avoir cédé à la pression de «l'extrême-droite» et d'élus tels que «le député raciste De Fournas». Sa collègue de Seine-Maritime Alma Dufour a, quant à elle, estimé que le jeu était une bonne «idée cadeau de Noël».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix