Bruxelles : heurts avec la police et actes de vandalisme, en marge du match Belgique-Maroc

Bruxelles  : heurts avec la police et actes de vandalisme, en marge du match Belgique-Maroc© NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP
Vidéo
Le centre de Bruxelles a été le théâtre d'actes de violence et de vandalisme, en marge du match de football Belgique-Maroc, le 27 novembre 2022.
Suivez RT France surTelegram

Médias et police font état de jets de projectiles contre les forces de l'ordre et d'actes de vandalisme, ce 27 novembre à Bruxelles, alors qu'avait lieu le match de la Coupe du monde au Qatar : Belgique-Maroc.

Le média public belge RTBF rapporte, cet après-midi du 27 novembre, qu'en marge du match Belgique-Maroc au Qatar, «un attroupement» s’est formé dans le centre de Bruxelles sur une zone réservée aux piétons au niveau du palais du Midi, «des dizaines de jeunes» s'y étant rassemblés, «certains avec un drapeau marocain sur le dos».

Heurts à Bruxelles en marge de Belgique-Maroc

Puis, selon la même source, des tensions ont éclaté «lorsque l’arbitre a annulé le premier but [du joueur marocain] Ziyech» et «la tension est montée encore un peu plus au début de la deuxième mi-temps». Selon RTBF toujours, quelque 150 «jeunes» se sont alors «énervés» : des pétards et des feux d’artifice ont été tirés et le feu a été mis à une poubelle. Par la suite, indique le média public belge, «une voiture de location vide a été abîmée et projetée contre d’autres véhicules». La police est intervenue pour disperser les fauteurs de troubles, et des affrontements ont éclaté entre ceux-ci et les forces de l'ordre, durant quelques minutes.

D'autres médias belges font état d'incidents dans la capitale, en lien avec le match de football : «Des supporters marocains ont envahi l’espace public et caillassé des voitures», écrit ainsi le site de La Libre Belgique.

Le média DH évoque lui des «voitures renversées et incendiées, pétards», du «mobilier urbain détruit» et des «trottinettes en libre-service saccagées».

Les forces de l'ordre ont demandé aux habitants et supporteurs d'éviter certains quartiers du centre-ville, selon l'AFP. Des stations de métro ont été fermées et des rues bloquées pour limiter les attroupements, d'après la même source.

Des images présentées comme celles de ces heurts à Bruxelles ont circulé sur les réseaux sociaux.

Des policiers essuient des jets de projectiles, un journaliste blessé au visage

La police locale a communiqué sur ces incidents : dans un communiqué cité par l'AFP, elle a confirmé qu'avant même la fin du match, en centre-ville de Bruxelles, «des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l'ordre, ce qui a compromis la sécurité publique».

La police note l'utilisation par des individus de matériel pyrotechnique, la présence de manifestants armés de bâtons, un incendie sur la voie publique ou encore de la destruction d'un feu de signalisation.

«Un journaliste a été blessé au visage par des feux d'artifice», toujours selon la police, qui a fait usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogène face aux incidents.

Une centaine de policiers, qui ont essuyé des jets de projectiles, étaient mobilisés dans cette intervention.

Le bourgmestre de Bruxelles monte au créneau

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, a également réagi publiquement à ces troubles. Sur Twitter, l'élu local a écrit :

«Je condamne avec la plus grande fermeté les incidents de cet après-midi. La police est déjà intervenue fermement. Je déconseille donc aux supporters de venir dans le centre-ville. La police engage tous ses moyens pour maintenir l'ordre public»

Et le bourgmestre d'ajouter : «J'ai donné ordre à la police de procéder à des arrestations administratives des fauteurs de troubles.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix