Le Ghana songe à recourir à l'or plutôt qu'au dollar pour ses achats de produits pétroliers

Le Ghana songe à recourir à l'or plutôt qu'au dollar pour ses achats de produits pétroliers© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA Source: AFP
Image d'illustration.
Suivez RT France surTelegram

Face à la diminution de ses réserves en dollars américains − ce qui affaiblit sa propre monnaie et favorise l'inflation −, le Ghana envisage dès 2023 d'acheter les produits pétroliers qu'il importe avec de l'or.

Le gouvernement ghanéen travaille sur une nouvelle politique visant à acheter des produits pétroliers avec de l'or plutôt qu'avec des réserves en dollars américains, a fait savoir le vice-président Mahamudu Bawumia sur Facebook le 24 novembre.

Cette mesure vise à lutter contre la diminution des réserves en devises étrangères. Celle-ci, couplée à la demande de dollars par les importateurs de pétrole, affaiblit le cedi – la devise du Ghana – et favorise l'inflation, selon Mahamudu Bawumia. Le cedi ghanéen a en effet perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l'année en raison de la forte demande de billets verts de la part des importateurs de pétrole.

«Si nous mettons en œuvre [cette mesure] comme prévu, cela modifiera fondamentalement notre balance des paiements et réduira considérablement la dépréciation persistante de notre monnaie avec les augmentations associées des prix du carburant, de l'électricité, de l'eau, des transports et des denrées alimentaires», a-t-il insisté. 

Les données officielles montrent que les réserves de change du Ghana sont passées de 9,7 milliards de dollars à la fin de l'année 2021 à environ 6,6 milliards de dollars à la fin de septembre 2022. Ces réserves ne pourraient couvrir que trois mois d'importations de biens et services du pays, soit un demi-mois de moins que l'objectif du gouvernement pour 2022.

Pays producteur de pétrole, le Ghana doit encore importer des produits raffinés, car sa seule raffinerie est hors service à la suite d'une explosion en 2017. La nation africaine est «en risque élevé de surendettement» car la dépréciation du cedi affecte «sérieusement» sa capacité à gérer sa dette publique, indique le ministère des Finances. Le Ghana négocie actuellement un plan d'allègement avec le Fonds monétaire international.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix